Covid-19 en Afrique : Ce que nous dit Ebola (série Covid-19)

« Les défis posés par l’épidémie d’Ebola sont riches d’enseignements pour les futures urgences sanitaires. » Elizabeth Smout

 

Tout récemment lors d’une discussion, l’on me suggérait que des pays comme la République Démocratique du Congo, la Sierra Leone et Le Libéria, qui ont fait face à la fièvre Ebola, seraient certainement parmi ceux les plus à même à faire face à une éventuelle crise sanitaire. Ceci en particulier si le COVID-19 se propageait en Afrique,  en suivant la courbe européenne. 

Dans la même optique, et plus largement, nous pouvons imaginer qu’au sein d’instances comme l’Union Africaine, ces pays puissent suggérer des recommandations pour faire face au virus. Ce retour d’expérience aurait l’avantage d’inspirer des orientations emprunts à nos réalités africaines.

C’est dans cet esprit que l’ancienne présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, a adressé une lettre retour d’expérience à ces concitoyens du monde (lire ici). Selon la première femme présidente d’Afrique, « le monde a beaucoup à apprendre de la lutte contre Ebola face au coronavirus ».

Au niveau de la communication, angle que nous avons choisi d’aborder dans cette série, de la période Ebola nous pouvons noter quelques conseils.

  • Construire une solide stratégie de communication

Penser sa stratégie de communication est très important, surtout lorsqu’il s’agit de crises sanitaires et sociales. La stratégie de communication exige, en outre, de bien connaître sa cible afin d’adapter son message; et ainsi permettre une action médicale efficace.

Si j’ignore les symptôme du Covid-19, je n’irais pas me faire soigner, je ne vais non plus éviter de contaminer mes proches. D’Ebola nous retenons que: « Sans stratégie de communication efficace, de mobilisation ou de rassemblement des communautés, la population locale peut ne pas solliciter de prise en charge lorsqu’une infection est suspectée. »

  • L’importance de la clarté & de la transparence

Comme le reconnait Ellen Johnson Sirleaf, au début de la crise du Covid-19,  comme durant la crise Ebola « des informations ont été cachées, minimisées et manipulées. La confiance a été perdue. »

Ce virus nous mets face à un danger grave. Malheureusement, un spectre sombre plane sur l’Afrique: il s’agit d’un vaccin expérimental à inoculer aux populations africaines ici considérées comme des instruments d’essais pour ne pas dire cobayes(point de vue de l’OMS).

A ceci s’ajoute rumeurs et doutes sur de vraisemblables accords déjà conclus avec des présidents africains pour faire de tels essais sur des Hommes. Est-ce réellement signés? Tout juste en pourparlers? Toujours est-il que voilà comment épuiser davantage les acteurs qui sensibilisent sans relâche sur les risques liés au virus.

Nous avons plus que jamais besoin de transparence, de clarté, de vérité. Dans le cas contraire, les populations ne feront pas confiance aux masques ou tests importés. Ebola nous apprend qu’au début de la crise, du temps à été perdu à cause de présomptions vraies et fausses. A titre d’exemple:

« La rumeur et la désinformation autour de la maladie ont même débordé sur la sphère politique. En Sierra Leone, par exemple, lorsque les premiers cas sont apparus à Kailahun, district situé dans le fief du principal parti d’opposition, ils ont suscité l’apparition de rumeurs selon lesquelles le parti au pouvoir avait créé des ‘escadrons de la mort’ avec pour mission de conduire des communautés entières dans des centres de traitement pour leur administrer une injection létale afin d’affaiblir les rangs de l’opposition. »

  • L’élaboration de messages clairs

Dans le cadre d’Ebola les messages étaient : « Ebola est bien réel », « Protégez-vous, votre famille et votre communauté » et « Ensemble, nous pouvons vaincre Ebola ». » 

Covid-19 ou coronavirus sont des appellations qui ne sont pas rapidement interprétables par l’esprit. indépendamment du niveau intellectuel. Dans  les campagnes de sensibilisation contre la fièvre Ebola, des noms compréhensibles avaient été donnés à la maladie.

  • La mise en place d’affiches explicites

Dans le premier article de cette série nous avions mis l’accent sur l’urgence d’informer et évangéliser les personnes de 45 ans et plus, compte tenu du fait que cette tranche d’âge est la moins alphabétisée mais également la plus vulnérable face à ce virus(article ici). Ce que nous retenons d’Ebola à ce sujet:

« Conséquence du faible taux d’alphabétisation, les messages étaient communiqués via des affiches colorées utilisant des images plutôt que des mots pour expliquer des concepts et des actions. Pour s’assurer que les gens interprétaient l’information correctement, les illustrations montraient clairement la nature des symptômes (par ex. vomissements, diarrhée) ou de l’action (par ex. informer un chef de communauté). Les stations de radio communautaires et les crieurs publics ont aussi largement diffusé ces messages. » (la suite)

Dans nos réflexions sur la gestion du Covid-19 en Afrique, nous avons choisi d’aborder uniquement le volet communicationnel. La sensibilisation étant clé pour l’adoption des gestes barrières et une prévention efficace. Toutefois, si vous souhaitez aller plus loin: Se préparer pour le Covid-19 en Afrique & Coronavirus : les experts du Quai d’Orsay redoutent le « coup de trop » qui « déstabilise » l’Afrique. Le premier propose des solutions pour faire face aux virus sur de nombreux plans en tenant compte des réalités économiques et sociales des pays d’Afrique subsaharienne. Le second article ouvre d’une certaine manière le débat sur les possibles effets politiques de cette crise pour les régimes africains.

Découvrez notre section Covid-19 sur Instagram, n’hésitez pas à partager ces messages à vos amis, après avoir appliqué les recommandations auprès des vôtres.

 

Sources & articles connexes:

  1. Le coronavirus depuis la terre d’Ebola : leçons apprises, réflexivité et population en Guinée
  2. Comment l’Afrique a tiré les leçons d’Ebola

  3. Coronavirus : les leçons de la présidente qui a mené la lutte contre Ebola

  4. Epidémie d’Ebola : les difficiles et douloureuses leçons des maladies émergentes
  5. Communication de crise sur Ebola : Faits et chiffres

 

« La répétition est la mère de l’apprentissage et le père de l’action, elle est donc l’architecte de l’accomplissement. » Zig Ziglar

EUHcZNHXgAIjqua

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s