Le Mythe de la Célibataire épanouie

Le Mythe de la Célibataire épanouie

On va un petit peu inverser la tendance et titiller nos Single Ladies. Nous sommes à une ère où on fait sans cesse l’apologie de la Boss Lady pour qui un partenaire n’est que le petit plus, un insignifiant petit plus. D’ailleurs on n’a pas vraiment besoin de lui. “La Société  l’impose à toutes les Femmes, mais dans les faits, je n’ai pas besoin d’un Homme dans ma vie, je suis bien toute seule. J’adore ma vie, je ne saurais même pas quoi faire d’un Homme dans mon agenda Hyper Chargé”…La célibataire épanouie, le Mythe. Le Mot est bien choisi pour le coup Haha. Messieurs, on va faire notre bonne action du semestre et vous avouer une petite chose sur ces superwomans.

Ne soyez pas choquées Mesdemoiselles. Pas que nous ayons des doutes quant au bonheur que vous affichez fièrement vis à vis de votre statut de jeunes femmes célibataires, mais une petite expérience menée sur un échantillon non négligeable de jeunes femmes visiblement stables et épanouies, a conduit à la rédaction de ces quelques lignes (Honnêtement, si tu es célibataire depuis un moment tu t’identifieras probablement à certains points que nous allons relever dans la suite de l’article). Loin de nous l’intention d’exposer celles qui sont fières de leur célibat (ou du moins le disent), il est simplement question de rappeler à celles qui ne le vivent pas si bien que ça, qu’elles ne sont pas seules, et plus, elles ne sont pas obligées d’arborer la cape de l’intrépide Lionne qui n’a pas besoin d’un Homme pour vivre.

Qu’on se le dise, le célibat peut-être très énervant. Sortir d’une relation même boiteuse où on avait tout de même nos petites habitudes, pour tomber dans un train-train quotidien où on n’est plus le principal centre d’intérêt de personne, où on ne reçoit plus le petit message tendre du soir, où on n’est officiellement plus autorisées à prendre la tête à qui que ce soit pour un Oui ou pour un Non, c’est perturbant. Le Manque est réel. Quelles que soient les raisons ayant conduit à la rupture, ce moment où on ressasse les moments où on s’est tout de même senties spéciales avec le désormais ex, est inévitable. Il va falloir passer à autre chose, mais cette relation a laissé ses traces dans notre petit coeur. Encouragées par les amis (de sexe Féminin pour la plupart) on finit par se dire que de toute façon on mérite mieux, et que, Belles et intelligentes telles que nous sommes, nous allons trouver bien mieux que ce perdant qui a laissé passer sa chance. On se remet en selle, plus fortes et désirables que jamais. Les ennuis commencent lorsqu’on est confrontées aux réalités du Marché de l’amour qui en fait sont triviales, mais qu’on avait un peu oubliées étant donné qu’elles ne nous concernaient plus vraiment: Les Hommes bien sont rares et puis, LES FEMMES INTELLIGENTES SONT DIFFICILES.  Allez! Répétons la deuxième partie de cette phrase en coeur et ensuite en canon, parce que la réalité est là (Conseil de discipline pour celles qui vont s’amuser à nier).

Le Prochain Chéri ne devra pas seulement être beau (Non non. Nous avons évolué, on laisse les tombeurs aux petites soeurs). Il devra être intelligent, raffiné, avoir de la conversation, être entreprenant, ambitieux, de bonne famille, Galant, privilégier les Pantalons aux shorts, les Chemises aux T-Shirts, avoir un healthy lifestyle sans être Bodybuilder…On se retrouve vite avec une liste qu’on n’a pas pris la peine de faire certifier à la préfecture mais qu’on aurait peut-être dû certifier et faire coller sur nos fronts pour gagner en temps et épargner les restaurants et les pinaillages inutiles aux futurs prétendants.

La vérité est donc que ce n’est pas demain la veille qu’on trouvera ce chevalier servant qui nous redonnera foi en l’amour, en tout cas si on ne consent pas à faire quelques concessions. Ce n’est pas que des Hommes dans ces critères n’existent pas, Noooon ils existent et sont mêmes nombreux. Juste qu’ils sont soit pris, soit à l’autre bout de la planète, soit gays, et on ne va pas exclure l’hypothèse la plus plausible mais qu’on n’a pas toujours la maturité d’admettre: parfois, on ne les intéresse pas tout simplement.

Nos amis nous avaient pourtant garanti que nous sommes trop bien pour rester seules longtemps, mais les Mois et les années s’égrainent, nous sommes toujours là, accrochées à nos standards. Tous les Samedis une amie d’enfance se marie, chaque mois une ancienne camarade dit Oui à une demande en Mariage et brandit sa belle bague sur tous les réseaux, même la turbulente petite que tout le quartier critiquait a eu droit à un somptueux Mariage coutumier la semaine dernière et cerise sur le gâteau,  le Fameux ex a lui aussi eu le culot de refaire sa vie -quel affront! Les tantines soucieuses de notre avenir n’arrangent rien avec les questions qui n’ont pas l’air de coups de pression, mais qui dans le fond sont la preuve qu’elles s’inquiètent de nous voir finir vieilles filles. C’est même à ce moment que l’on se souvient qu’on a passé le quart siècle et que la fameuse trentaine nous fait de l’oeil un peu plus loin.

Le Besoin d’avoir un Bae ne s’est jamais fait aussi pressant. Mais il faut le préciser, la pression sociale est loin d’être aussi violente que celle que l’on s’inflige à soi-même. Un nombre incalculable de questions se font la guerre dans notre esprit. Le Privilège et le charme d’être la Princesse de quelqu’un qui lui aussi suscite notre intérêt paraît loin. Pourquoi ceux qui manifestent leur intérêt pour moi à ce moment précis ne me disent absolument rien? Ce n’est pas normal!! Toutes mes congénères qui se marient ces temps-ci ont dû sacrifier lequel de leurs critères pour en être là? J’ai déjà Supprimé les critères “Grands” et “beaux” de la Liste. Qu’est-ce que je dois encore revoir? Honnêtement je pense que la Nouvelle Liste est incompressible. Je refuse de finir ma vie avec un Goujat pour fuir la solitude. J’attendrai le temps qu’il faudra. De toute façon je suis belle, intelligente, financièrement indépendante. En théorie je suis un bon parti, je finirai bien par trouver. D’ailleurs, même si je ne trouve pas, Le Mariage n’est pas une Fin en… Nous voilà sur Google pour chercher une liste de femmes riches et Célibataires à prendre en Modèles. Voilà un bref extrait du combat que l’on mène tous les jours avec nous-mêmes, dans le secret.

On trouve du réconfort sur des blogs de Coaching qui nous vendent le rêve de la célibataire épanouie. Des Messages qui magnifient les femmes seules indépendantes et Heureuses ornent nos statuts Facebook, Whatsapp et nos Stories Instagram tous les jours. Ces Messages, loin d’être faux,  contribuent au moins à nous présenter un bon côté de la situation. Surtout, ils montrent que nous sommes loin d’être des cas isolés. Célibataires et Fières,  Heureuses d’être célibataires, Girl Boss, Single and independent ladies, Because sometimes the King is a Woman, les concepts sont sympas, ils sont même tendance, mais à un moment on aimerait céder le rôle à plus jeunes que nous. On a donné, on a suivi le mouvement, on a participé, mais ça y’est nous sommes prêtes pour le nouvel Hashtag. Nous sommes mêmes fatiguées de donner l’impression que le volet Relation amoureuse est accessoire. Il ne l’est plus.

La Société Moderne fait bien de mettre en lumière  la Femme forte et indépendante, même seule. Elle fait bien de l’inciter à se définir prioritairement en tant que Femme, et (éventuellement) en tant que Mère et Compagne par la suite. Il n’est donc pas question de dénigrer cet aspect de la féminité ou de remettre en question la Capacité d’une femme à être Heureuse sans Mari et sans Enfants. Simplement, nombreuses sont celles qui ont grandi dans un cadre où la norme était de terminer ses études, avoir un travail, se marier et faire des bébés avant que Dame trentaine ne pointe sa silhouette. On ne peut donc pas aujourd’hui leur demander d’agiter fièrement leur célibat et s’attendre à ce qu’elles le fassent du fond du coeur, alors même qu’elles considèrent qu’elles ont atteint l’âge de prendre le nom d’un Homme et d’être la Grande Femme derrière lui. Pour elles, le Célibat est tolérable tant qu’il ne prend pas trop ses aises en ayant le mauvais goût de s’éterniser. Il demeure une période sacrément importante dans la vie sexuelle et affective des Humains et des Femmes en particulier. Il permet de faire le vide, de s’évaluer individuellement, de se recentrer sur soi, de prendre davantage soin de sa personne et de doper son assurance. Il permet d’éprouver ses pulsions, d’identifier tout ce qu’on ne tolérera plus jamais, de faire le tri, de se faire désirer, de passer au casting des Hommes de toutes les formes et de toutes les couleurs et plus important encore, il a le mérite de nous rappeler que l’on n’est pas tenues de supporter d’être traitées moins bien que ce que l’on mérite pour à tout prix pouvoir rester en couple, parce qu’après tout, il vaut mieux être seules que lourdement accompagnées. Bref, on est d’accord le Célibat n’est pas une période fondamentalement sombre, NON. Humblement, nous lui demandons juste de ne pas poser indéfiniment ses valises chez nous. La Chambre d’amis est certes accueillante mais nous n’avons pas signé pour que sa visite soit si longue.

WE DEFINITELY WANT OUR OWN BAEs. Voilà, c’est dit. Il y’a comme une gêne à l’admettre pourtant il n’y a rien de plus normal. Nous sommes fortes mais fatiguées. Cette faiblesse est commune à pas mal d’entre nous, mais malheureusement mal appréhendée des Hommes de notre époque. Ils ont même parfois la mauvaise manie de nous rappeler que l’horloge biologique tourne et qu’en continuant de faire les difficiles nous finirons avec nos villas pleines de chats, à défaut d’être Maîtresses d’Hommes mariés ou amantes de Gigolos. Cette forme à peine voilée de chantage ne fonctionne heureusement qu’avec celles qui n’ont pas pleinement conscience de ce qu’elles valent. Le Célibat nous épuise, c’est vrai. Mais nous ne nous vendrons pas au premier venu pour autant.  Si Vous nous convoitez et venez vers nous, arrangez-vous Messieurs à coopérer. On veut bien faire des concessions, mais coopérez aussi…Un Jour peut-être, à l’occasion d’une autre bonne action, nous vous dirons exactement ce que nous entendons par coopérer. Pour l’instant nous avons divulgué trop de secrets et allons nous faire taper sur les doigts par nos soeurs qui tenaient à garder le Mystère autour de leur aura. Bien vouloir nous pardonner, chères soeurs. Nous recommencerons sûrement. Nos amis du sexe opposé ont plus besoin d’aide pour nous comprendre que ce qu’ils veulent bien admettre. On leur donne ces petits coups de pouce gratuits sans rien attendre en retour en plus. Si ce n’est pas une preuve d’amour ça… Ne nous grondez pas trop fort les Ladies, nous sommes fragiles. En attendant laissez-nous votre avis sur le sujet, et tâchez de faire attention à vous. XX

Chokolayte et ses lecteurs remercient XX pour cet article.

Agree or not agree, please put your comment below. Merci de laisser un commentaire. 

14 commentaires

  1. Très bon texte! Le mythe de la célibataire endurcie m’énerve. C’est comme si nous n’avions plus droit d’être triste de notre célibat. Pas que l’absence d’un amoureux soit une mauvaise chose, mais nous avons toutes des besoins différents et l’amour en est un important. Ceci dit, je cite tout de même ce que j’ai dit à mon ex : « je préfère encore être seule par moi-même, que d’être seule dans mon couple. »

    J'aime

  2. Une femme ne peut pas être epanouie sous tous les angles sans le sexe opposé. A force de jouer les celcélibataires endurcies le temps passe. Et après être passé ,on ne le rattrape jamais.

    Aimé par 2 personnes

    1. On a beau se mentir de pouvoir vivre d’une certaine manière dans le cas d’espèce c’est le fait d’être une célibataire épanouie. Oui au bout d’un certain moment (~5ans) on a déjà réussi à se mettre le mensonge dans la tête au tel point ou ça devient normal ( se mentir d’être heureux seul).
      Mais ce qu’on oublie c’est qu’on devient un phénomène de la société, on ne fait plus parti du monde normal.
      C’est comme quelqu’un à qui on coupe un membre au début c’est anormal, les gens le regarde bizarrement mais à force de voir la personne tous les jours ça devient normal, au point ou il faudrait une nouvelle personne pour nous rappeler qu’il n’est pas normal.

      Donc le mythe de la célibataire épanouie dépend grandement de son environnement de la capacité à accepter un vie anormale pour normal parce qu’on a un quelconque problème avec le vrai normal

      J'aime

  3. J’aime la manière dont l’auteur nargue les femmes célibataires et envoies bouler les hommes qui pensent que sans eux on est rien qui nous rappellent toujours que la montre tourne. Beau texte. Chapeau 🎩 l’artiste 😊

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s